Maurice Pon est un parolier prolifique né le 26 octobre 1921 à Bordeaux qui a collaboré principalement avec Henri Salvador. Il a composé les paroles de la célèbre complainte Le Loup, la biche et le chevalier, plus connue sous le nom de Une Chanson douce.

Grand amateur de musique et de cinéma, cet admirateur de Charles Trenet joue avant-guerre dans divers orchestres. Alors que la France est occupée par les forces allemandes, il rejoint son frère André à Paris où il fréquente d’autres jeunes artistes. Il y fait la connaissance de Bernard Michel et de Maurice Favier (qui prendra le nom de Favières avant de devenir animateur à la radio ainsi qu’à la télévision) et organise des spectacles avec un autre ami, Marcel Faas, tout en se produisant sur scène avec lui.

Il œuvre comme secouriste puis entre dans la Résistance et commence à écrire des chansons avec Bernard Michel. Avec ce dernier, il rencontre Henri Salvador dans l’effervescence d’après-guerre. Il propose au chanteur, qui vient de quitter l’orchestre de Ray Ventura et se produit au prestigieux music-hall l’A.B.C., une première chanson. « Banco ! », lui dit le crooner. C’est le début d’une collaboration qui va durer soixante ans.

Une nuit de 1949, Maurice Pon écrit les paroles d’une complainte qui va connaître un succès fulgurant, Le Loup, la biche et le chevalier, rebaptisée par le public Une Chanson douce. Le provincial va alors se spécialiser dans les paroles de chansons tendres et son complice Bernard Michel dans des textes plus comiques. Les deux hommes vont être surnommés « les paroliers historiques d’Henri Salvador ». Avec son ami Salvador, Maurice Pon écrit également Le Travail c’est la santé, l’Abeille et le papillon, Petit indien, Dans mon île… L’auteur se sert de sa belle plume poétique pour collaborer avec de nombreux chanteurs.

Il écrit ainsi pour Bourvil, Fernandel mais aussi pour de grands crooners du XXe siècle : Jean Sablon, André Claveau, les Frères Jacques… Il reconnaît aujourd’hui être l’auteur d’un millier de chansons. Véritable figure de la Sacem, il y a reçu en 2003 la Légion d’honneur des mains de son ami et confrère Michel Rivgauche.